Audrey Vermont Plasticienne

BIO

Rony MatDuRêve

Plasticienne

Engagée dans des associations d’éducation populaire, alors étudiante elle s’active dans des groupes d’expressions artistiques protéiformes. Une phrase guide les esprits : « L’imaginaire est ce qui tend à devenir réel. » (A.Breton)

Une fois diplômée, en sciences du territoire, elle renonce au CDI et choisit de développer ses affinités avec le spectacle-vivant. Elle ne laissa au territoire que ses envies d’agir par des moyens culturels et artistiques, notamment en intégrant un lieu de programmation de théâtre d’objets et de nouvelles formes marionnettiques. C’est l’immersion dans la culture de cet art contemporain novateur, qui révéla sa vocation pour les arts-plastiques.

A mesure des rencontres, son travail de plasticienne jusqu’à lors autodidacte se développe. Elle se forme à l’Ecole Nationale Supérieur des Arts et Techniques du Théâtre, et se spécialise dans la transformation des matériaux textiles. Sa pratique artistique de plus en plus protéiforme permet l’usage de matériaux et de techniques variées : moulage textile, coupe et couture, modelage terre, tirage, utilisation des composites (latex, mousses, résines), décoration et patines, teintures naturelles et synthétiques. En costume et volume, son approche éclectique et artisanale l’amène à travailler pour divers projets, notamment le Collectivo Terron, le Turak Théâtre et d’autres…

En scénographie, elle puise dans ses origines de géographe pour se plaire particulièrement à transformer des espaces publics vers la mise en scène de moment exceptionnel, où les acteurs sont les usagers du quotidien.

Ses choix artistiques veulent souvent immerger le spectateur dans un univers esthétique proche du merveilleux. Par la transformation d’un espace ou d’un objet du quotidien, elle compose entre réel et imaginaire pour permettre au public de s’émerveiller d’un changement qui ne tiendrait qu’à la conjugaison de l’imagination et de la matière. De cette manière, elle nous incite à porter un autre regard sur les choses.

Depuis quelques années, elle a fondé TRACE, une compagnie de plasticiens, où les arts-plastiques sont tout aussi vivants que le spectacle, et dont les créations impliquent les publics en tant que spectateurs et réalisateurs des œuvres réalisées.

Photo en-tête par Thibault Lefébure